Sunday, April 12, 2015

Journées de la Perle de Verre à Sars-Poteries: j'y serai!

Ce sera ma première participation en tant qu'exposante à cet évènement que j'affectionne particulièrement puisqu'il réunit un excellent groupe de verriers et perliers de toute la France ainsi que quelques voisins belges, allemands (Manuela Wutschke est une fidèle) et helvétiques. La formule s'agrandit cette année puisque l'évènement s'étend sur 3 jours d'ouverture et de vente au public, au lieu de la seule journée du dimanche auparavant. Retenez les dates, le week end du 11 au 13 septembre 2015. Cette joyeuse et conviviale biennale est organisée par l'association des Amis du Musée du Verre de Sars-Poteries, lequel musée est en rénovation et devrait réouvrir au printemps 2016. Maintenant y a intérêt à chalumer!

Sunday, January 11, 2015

Et maintenant, des colliers!

Un peu plus d'un an plus tard, j'ai repris les pinces à aplatir pendant mes vacances de Noël et raclé les fonds de bocal pour quelques perles orphelines à enfiler. Si bien que je me suis prise au jeu et au bout de deux semaines, non seulement j'avais une pile de colliers, mais aussi des boucles d'oreilles, et surtout, je commençais à fabriquer des perles POUR FAIRE DES BIJOUX AVEC! Si si si. Rappelez-vous, c'était le but à l'origine. Je ne sais pas pourquoi ça m'est revenu mais je compte profiter du train qui roule et en faire beaucoup d'autres dans un avenir proche, l'idée étant de financer un atelier à Gatteville. Alors voilà. Rien d'extraordinaire, mais c'est un début!

Du vert pistache et des rayures sur une base d'ivoire foncé, le plus réactif et le plus surprenant. Depuis le temps que tout le monde travaille l'ivoire et ses effets, je n'avais pas vraiment fait attention, mais c'est vrai que c'est magique! Surtout en le mélangeant avec de la feuille d'argent, comme ici:

Un set qui s'est vendu il y deux semaines et que j'ai déjà refait (ou quelque chose d'approchant) pour 2 clientes, en mettant quelques perles de côté pour un collier.

Le collier en question:



Les intercalaires sont des disques en céramique dite de Mykonos (aucune idée si ces perles sont effectivement fabriquées sur l'île ou même en Grèce d'ailleurs, mais leurs couleurs sont magnifiques et les trous sont assez grands pour les cordons de cuir et de daim avec lesquels j'aime bien travailler).

Mais je digresse.
La suite des colliers.
Toujours sur cordon de cuir, des petits cubes décorés avec des murines faites par moi-même, si si madame, c'est pas du Loren Stump mais on est content quand on applique une tranche et que ça fait joli. Le principe de la murine, je rappelle brièvement pour toi Maman qui lit mon blog, c'est d'accumuler des couches de verres suivant un dessin particulier (ici en horloge, ou en étoile, comme on veut), de tirer la masse finale en une baguette fine qu'on coupe en fine tranches: ce sont ces tranches, appliquées pendant la fabrication de la perle, qui forment son décor. Là on voit pas très bien, c'est vrai.

 La suite demain ou un autre jour, je ne réalisais pas que j'allais écrire un roman avec chaque photo et il se fait tard.

Blogger/Blogspot/Blogtruc qui m'héberge a l'air de vouloir me simplifier la mise en page à l'extrême, et c'est pas une mauvaise chose, pour une fois que je suis contente que l'internet pense à ma place, ça se fête, pouët pouët.

Monday, October 28, 2013

Des bracelets pour une bonne cause

L'année dernière j'avais fabriqué un bon nombre de bracelets, à la demande insistante de ma soeur préférée (j'en ai qu'une) qui pensait me faire gagner quelques picaillons en les vendant sur un marché de Noël et auprès de ses copines. Ce qu'elle fit, et je la remercie chaleureusement vu que ça m'a aidée à payer un billet d'avion en plus pour venir la voir. Mais elle a pas tout vendu et il m'en est resté une petite quinzaine.

Voilà les dits bracelets:



Or il se trouve que je suis très nulle à vendre mes bijoux moi-même. J'ai donc confié cette tâche à mon cousin adoré (j'en ai plein, mais je les adore tous) parce que figurez-vous qu'il a besoin de sous.

Voilà toute l'histoire ici, sur le site de la Ferme du Vastel. En gros, il a eu plein de pépins cette année et pour qu'il continue à produire ses merveilleux breuvages, il lui faut un peu de trésorerie. Il a donc lancé une souscription joliment appelée Bisou Bisou Tiroir-Caisse Tiroir-Caisse (traduction libre du principe Kiss Kiss Bank Bank) selon laquelle vous achetez des produits cédés à prix coûtant par des amis de la Ferme, et/ou parrainez des actions relatives à la ferme mais nécessitant un financement (plantage de pommiers, construction de nichoirs à bestioles participants à la biocohérence de la Ferme). Les bénéfices sont reversés à la Ferme. Vous pouvez même commander votre cidre à l'avance sur la prochaine cuvée.
Je lui ai donc donné ce qu'il me restait de bracelets pour qu'il les vende au profit de la ferme, et voilà comment vous allez pouvoir vous payer un joli petit cadeau de Noël cette année!

Données techniques:
Ces bracelets sont montés sur du "fil à mémoire", un acier pratiquement indéformable qui épouse l'arrondi du poignet. Ce fil est gainé de tube de caoutchouc coloré (très coloré, très multicolore) et orné de perles, la plupart nées directement de la flamme de mon petit chalumeau. Deux ou trois bracelets sur la quinzaine sont légèrement plus petits que les autres, donc précisez au vendeur si c'est pour un petit poignet.

Je doute que Christophe soit en mesure de vous faire choisir vos couleurs à la commande (ayez pitié de lui, il a déjà beaucoup à faire), et en plus certains bracelets qui figurent sur les photos ont déjà été vendus, donc j'espère que vous serez contents avec ce que vous recevrez un peu au hasard, sans doute. Mais j'ajoute quelques photos de détails pour que vous ayez une idée de la chose:

















Voilà, j'espère qu'il faudra que j'en fasse 35 de plus parce que ça voudra dire que tout est vendu et que vous aurez participé à la bonne cause qui consiste à remettre la Ferme du Vastel sur ses pattes! Pour joindre le clic à la pensée, téléchargez ce document, achetez plein de trucs en plus de mes bracelets (les savons sont tip top, les sacs sont extras aussi!) et envoyez votre chèque au fermier.
Merci d'avance!

Wednesday, September 5, 2012

Bravo Claudia!

Glass Bead Trip - Le livre de Claudia Trimbur Pagel



J'anticipe le traffic anormal qui ne manquera pas de provenir du site de Claudia (Glasting), parce que moi, au niveau des mises à jour, vous me connaisssez... Après deux ans de gestation, son livre est disponible à la vente depuis aujourd'hui
http://www.glassbeadtrip.com/

Fortement recommandé! J'ai tout bien lu avant tout le monde (j'ai été un peu obligée en tant que traductrice) et je peux dire que c'est vraiment chouette à lire, beau à regarder, et ça donne plein d'inspiration. J'y ai appris beaucoup de choses essentielles (la meilleure façon de s'y prendre pour travailler au stringer, comment former une perle ronde parfaite à l'aide d'un moule en graphite, comment construire le décor d'une perle, la fabrication d'une murrine complexe), mais j'ai aussi voyagé dans l'univers exceptionnel de Claudia et compris en partie ce qui fait que son travail est aussi unique et remarquable. Le livre est écrit à la première personne, comme si elle vous parlait en vrai pendant un cours, en vous décrivant exactement, étape par étape, ce qu'elle fait au chalumeau. Elle vous explique également comment elle a appris à exploiter ses ressources et ses limites (si, si, elle en a!) pour créer un style bien à elle, cueillant l'inspiration dans la vie de tous les jours et prenant son temps pour expérimenter, contourner les obstacles, innover en permanence et affiner sa technique au chalumeau.

Le dernier chapitre explore les possibilités offertes par la pâte d'argent, un matériau vraiment magique pour ceux qui ont la patience de s'y atteler. Son approche de la pâte d'argent dédramatise le processus au maximum et pour peu que l'on possède un minimum d'équipement et le dixième de son imagination, on peut facilement arriver à créer des pièces spectaculaires.

Les photos de Pierre Picard sont magnifiques, tantôt sobrement descriptives pour les tutoriels, tantôt donnant vie aux créations de Claudia portées par la belle Hélène.

En résumé, c'est beau, ça parle de perles, c'est du vrai papier, c'est un collector!


Wednesday, November 23, 2011

Une bonne chose de faite

Depuis un moment je sentais mes couleurs un peu à l'étroit, et comme je le disais, il s'en commercialise de nouvelles en permanence, on a pas le temps de souffler, c'est inhumain. Même si comme je le disais, j'utilise souvent les mêmes, je ne peux pas m'empêcher d'en essayer d'autres, et même quand elles ne me disent rien, je les garde dans un coin "au cas où". C'est comme ça que je me retrouve avec un stock de plus de 400 couleurs différentes, certaines en juste une ou deux baguettes, certaines en 4 ou 5 livres.
Le rangement peut devenir problématique. Sur les dernières photos, on a bien vu qu'il était temps de faire quelque chose. Le vrai problème est que si je ne vois pas mes couleurs tout le temps, je ne me rappelle plus qu'elles existent et je finis par travailler toujours avec les mêmes, faute d'inspiration.

Comme je le disais, on commence tous là:

Bon, là c'est gérable: 5 ou 6 bocaux, on met les jaunes avec les oranges et les rouges, on a tout sous le nez, et puis on est tellement fasciné par la flamme de toute façon, que la couleur passe presque en second plan.

Dans mon cas, ce qui m'intéressait précisément dès que j'ai su aligner 2 points correctement (et même avant, je l'avoue), c'était de le faire en couleurs. J'ai donc commencé à en acheter de plus en plus, au début à l'unité (une baguette de ceci, une baguette de cela) puis très vite au quart de livre (114 g, environ 4 à 6 baguettes ou plus selon qu'elles sont tirées plus fines ou plus épaisses par l'usine).

Déjà, exit les bocaux. Je me renseigne sur ce que font les autres perliers en l'occurence et découvre ce système de barrières en vinyl, creuses et divisées en 3 compartiments. On les achète en longueurs de 8 ou 16 pieds et on les découpe en autant de morceaux, les baguettes mesurant en général 1 pied. Puis on empile... et on remplit.


On se monte un stock, on explore, on en fond aussi, mais moins vite qu'il en arrive...


Alors on empile, on remplit, on divise en deux les petits compartiments avec des petits bouts de carton, ce qui demande un effort créatif pour se souvenir de ce corail qui est véritablement un orange, ou du Turquoise de chez CIM qui est tellement similaire à celui d'Effetre qu'on peut les mettre ensemble pour gagner de la place. Par contre, on panique si le jaune un peu olive est mélangé avec celui qui tire plus sur l'ocre. C'est là qu'on commence à étiquetter chacune des baguettes pour s'y retrouver. Un truc de fou.

Puis, comme je le disais l'autre jour, on arrive à ça:

Les couleurs, qu'on commande depuis longtemps directement en livres entières, s'accumulent sans même être essayées, on commande deux fois de suite la même, etc. Lamentable.

Oui, je sais, il y a pire, mais on a tous nos limites personnelles, ma Vivie ;-)

Donc cette semaine je me suis attelée à la tâche de ré-organiser tout ça, et que je te découpe de la barrière, et vas-y le pistolet à colle. Monte les étagères, faut pas mollir, y a du verre à fondre et des clientes qui piaffent.

Le moins marrant, ça a été de mettre de côté tout ce verre quelque part en le mélangeant le moins possible pour s'y retrouver après.





























Oh yeah baby.


Puis, tout remettre, mais en mieux.

Problème? Il ne reste pas tant que ça de compartiments vides là où je les voudrais.
On en reparle dans 6 mois.

Saturday, November 5, 2011

Vieux motard que j'aimais

Tiens, un blog! On va voir ce qu'on peut y faire. Comme je le disais il y a deux ans, on a déménagé mon chalumeau de la cuisine au sous-sol, avec de nombreux avantages: - une vraie ventilation, superbement installée par Bill, avec un extracteur qui déchire sa race mais silencieux quand même, - plus de place dans la cuisine, - la compagnie compréhensive des araignées.

Au début, ça ressemblait à ça

Maintenant, c'est comme ça (cliquez sur les images pour agrandir)


Additions: une table très solide pour supporter ces 146 livres (66 kilos) de verre (j'ai fait un inventaire en janvier, évidemment, depuis il en est arrivé une quinzaine de plus), la ventil, et la musique: iPod et dock avec petites enceintes Bose, je recommande vivement!

On regarde de plus près
.




C'est assez propre et ordonné, j'ai du mal à m'y retrouver si il y a des strates de verres et de fils sous mon nez, alors je trie à la fin de la semaine de production ou chaque fois que j'entame un nouveau set.


Les compartiments de rangements sont des morceaux de barrières en vinyl découpés à la longueur standard des baguettes, 12 pouces. C'est un système assez standard dans le milieu. Certains voient plus grand avec des chutes de gouttières ou du tube PVC de gros diamètre. On commence tous comme des naïfs avec trois petits bocaux qui se battent en duel avec une gentille douzaine de couleurs.
Pour m'y retrouver, je fais systématiquement un petite perle monochrome avec chaque nouvelle couleur, et j'écris le numéro de référence dessus avec du blanco. J'appelle ça ma bibliothèque de couleurs:


Et il en arrive toujours des nouvelles de partout, et c'est énervant parce qu'il me les faut toutes. Enfin, non, pas toutes, mais quand même, ça prend de la place et puis en plus j'utilise toujours les mêmes, c'est un peu idiot.

Voilà, ma mise à jour de tous les deux ans est faite, je peux aller me rendormir, merci de votre attention.











Sunday, February 28, 2010

video

Enfin! Un film! Pas terrible, c'est mon petit Coolpix avec le son énervant de l'objectif qui fait bruyamment sa mise au point, mais c'est toujours ça.
On notera lors de cette brillante prestation:
- que l'on parle anglais dans cette maison. Désolée!
- qu'au moment du film mon coin chalumeau était encore bien au chaud dans la cuisine, où Bill nous préparait le dîner... c'était chouette et convivial. Maintenant que je suis au sous-sol pour cause de manque de place et de ventilation, je me pèle et Bill ne traîne pas beaucoup en bas.
- qu'on ne voit pas ma perle, mais que moi je la regarde beaucoup et avec les sourcils froncés. Je vérifie qu'elle est ronde (éh, oui, ça paraît évident mais comme je l'ai déjà dit la gravité joue des tours), je réfléchis à ce que je vais lui ajouter. Finalement, rien ("Shiny green!" - suivi par "No, no shiny green").
- que je dis un gros mot
- que la perle finit quand même au four

On voit quand même l'idée générale, qui est de façonner un truc dans une flamme. J'essaierai de faire mieux la prochaine fois!